Image default
Santé

Tout savoir sur la dépollution HAP grand Paris

La pollution est responsable d’environ ¼ des décès sur la planète. Les dégradations sur l’environnement et les maladies liées à cette atteinte causent chaque année des catastrophes aux quatre coins du globe. Les hydrocarbures aromatiques polycycliques représentent à eux seuls un réel danger pour l’atmosphère, mais aussi pour les sols. La dépollution est donc une étape capitale pour retrouver un environnement plus sain et réduire la toxicité. Nous vous expliquons tout dans cet article.

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), qu’est-ce que c’est ?

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) sont constitués d’atomes de carbone et d’hydrogène et comprennent au moins deux cycles aromatiques. Ils sont composés d’une centaine de composés qui se libèrent dans l’air de plusieurs manières et dont la durée de vie est variable. Ils peuvent prendre une forme gazeuse ou particulaire et sont causés par la combustion complète. Les HAP sont reconnus pour être particulièrement toxiques à la fois pour l’environnement et pour l’homme et représentent un risque cancérigène important.

En zone rurale, les HAP sont moins présents alors que dans les villes, ils constituent un véritable problème de santé publique. En effet, ils sont produits par des causes naturelles, mais peuvent aussi avoir une origine anthropique dans les zones à forte densité démographique. Les HAP résultent ainsi du chauffage résidentiel (fioul, bois, charbon ou gaz) ainsi que du transport routier en majorité, mais aussi de la combustion industrielle.

La dépollution des HAP

En étant responsable de la majorité des émissions d’hydrocarbure en Ile-de-France, les consommations résidentielles en chauffage ont un impact dégradant sur l’état des sols. L’usure des pneumatiques, les émissions de gaz et les fuites d’huiles sont également en cause. Afin de remédier à cette pollution des sols et de l’atmosphère, la dépollution HAP grand paris est une étape incontournable. Elle peut s’effectuer hors-site, sur-site ou encore in-situ.

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) sont classés agents cancérogènes, mutagènes, et repro-toxiques. Des taux élevés de HAP peuvent être retrouvés dans des couches de chaussées, des goudrons ou le bitume. Pour ces raisons, des seuils de teneurs en HAP à la fois pour le recyclage des enrobés et pour leur élimination dans les installations de stockage ont été défini. En dessous de 50 ppm (ou mg/kg), les enrobés peuvent être recyclés à chaud, à froid ou déposés en installation de stockage de déchets inertes (ISDI). Entre 50 ppm et 500 ppm, les enrobés peuvent être recyclés à froid ou déposés en installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND). Au-delà, de 500 ppm, les enrobés ne peuvent pas être recyclés et devront être orientés vers des installations de stockage de déchets dangereux (ISDD).

Plusieurs méthodes existent pour remédier au problème de la pollution des sols par les hydrocarbures. La biorémédiation par le compostage, le landfarming sont des méthodes peu onéreuses qui connaissent de plus en plus de succès. Les substrats organiques sont également privilégiés avec l’utilisation de bactéries ou de plantes peuvent faciliter la biodégradation des HAP. La méthode de la boue d’épuration a également montré son efficacité dans la dépollution des sols contaminés aux HAP.

 

 

Related posts

Existe-il des exercices pour changer la vie

Irene

Les précaution à prendre avec les DASRI

Journal

Quels sont les bons produits pour réussir son lissage brésilien

La Gitane